Je recherche

A l’heure où plusieurs collectivités dont l’Eurométropole de Strasbourg réfléchissent à leurs projets de Zones à Faibles Emissions, R-GDS a pris une mesure significative en convertissant sa flotte de véhicules au gaz vert, pour la rendre quasi-neutre en carbone.

A l’instar du gaz naturel carburant (distribué sous l’appellation GNV ou GNC), le bio-GNV est paré de nombreuses vertus : il n’émet que très peu d’oxydes d’azote et quasiment aucune particule fine, les véhicules sont plus silencieux et offrent un grand agrément de conduite, une bonne autonomie et un coût d’utilisation avantageux. De plus, le bio-GNV se montre particulièrement performant en termes de bilan carbone puisqu’il s’agit de biométhane, un gaz produit localement à partir de déchets agricoles, ménagers ou industriels qui ne contribue pas à l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère.
En convertissant au bio-GNV sa flotte de 106 véhicules légers et utilitaires, R-GDS réduit de 100 tonnes par an ses rejets de CO2 et contribue concrètement à l’objectif de villes plus respirables.